Passer au contenu

Activités à venir

Du13 au 15 avril 2018, salon international du livre de Québec.

Encore une fois, je serai au kiosque de BouquinBec, et j’aurai le plaisir de vous accueillir :

• vendredi le 13 avril de 18h à 21 h
• samedi le 14 avril de 12h à 15h, puis de 19h à 21h
• dimanche le 15 avril de 11h à 15h

Du 7 au 9 septembre 2018, salon international du mieux-être, Lévis.

Je serai au kiosque #107, j’ai bien hâte de vous y retrouver !

 

Marché de Noël de Coteau-du-Lac, décembre 2017

Mon premier marché de Noël … dans ma municipalité. Je pense bien avoir occupé tout l’espace qui m’avait été octroyé avec mes dorures et ce superbe foulard coloré qui me sert d’élément de déco que plusieurs ont voulu acheter. Ce fur un marché très achalandé, cette photo a été prise quelques minutes avant l’ouverture. Après, on n’aurait jamais pu faire une photo aussi zen. Ce fut une très belle expérience.

776

Salon du livre de Montréal 2017

Les années passent mais ne se ressemblent pas. Cette année, nous jouissions d’un emplacement très central. Et c’est également cette année que mon beau-fils, Dominique Lemieux, publiait son premier roman. De très beaux moment d’émotion, de joie et de plaisir.

Sur la photo, Dominique tient fièrement son livre. C’est l’équipe Bouquinbec qui l’entoure, Simon, Sylvie et Henri Dulac. À droite, on retrouve Catherine Hurtubise de La Lanterne, services éditoriaux, qui bonifie et enrichit nos textes. Et puis, comme c’est moi qui ai pris la photo, j’en ai profité pour attraper mes lives au passage. En fait, pour la petite histoire, Dominique est l’illustrateur de la couverture de mon dernier recueil, Miniatures. 

 

754

À un moment donné, je cherchais mes amis. Je les ai trouvé tous, souriants, au kiosque de Louise Tremblay D’Essiambre … on repassera pour la solidarité…

 

727

 

 

 

Salon du livre de Montréal 2016

salon-du-livre-du-montrealLe salon du livre de Montréal est très grouillant, très achalandé. Puisqu’il est prisé des auteurs populaires francophones, on a la chance d’y croiser d’illustres écrivains d’ici et d’ailleurs. C’est également le salon des surprises : j’ai eu l’occasion de participer à un projet scolaire qui vise à répertorier des vidéos d’auteurs d’ici et de les faire connaître sur leur plateforme.

Comme auteur, c’est la chance de rencontrer des collègues auteurs et de partager nos expériences, nos bons coups comme ceux qui ont moins bien fonctionné. Puisque Bouquinbec a pour mission d’accompagner les auteurs dans la réalisation de leurs projets, beaucoup de gens viennent consulter les auteurs en kiosque pour qu’on leur parle de notre expérience. C’est un beau moment de rencontres enrichissantes.

 

 

Salon du livre de Rimouski 2016

img_0446On m’avait dit le plus grand bien de ce salon, mais pour une raison obscure, ça a été tranquille… jusqu’à ce que je quitte le dimanche en matinée. On m’a rapporté que le salon avait été particulièrement achalandé toute la journée du dimanche.

Qu’à cela ne tienne ! J’ai eu le bonheur de faire la connaissance de l’inspirante Renée Rivest. Moi je suis une “Tintin-Tournesol”. Un beau cadeau de la vie.

 

 

Lancement de “Géants” le 23 octobre 2016 à la maison Félix-Leclerc

Géants - compriméGéants raconte une histoire qui est toute personnelle à chacun de nous: l’enfance.

L’enfance et le monde gigantesque et incompréhensible des adultes. Tous est compliqué avec les adultes.

Cette histoire, je la voulais habillée d’une image évocatrice qui marierait l’imaginaire sans limite des enfants et de ceux qui n’ont pas perdu cette capacité d’émerveillement si propre à l’enfance,  au monde compliqué et secret des adultes.

geants_web_089

Il s’agissait de ma première publication en auto-édition, et j’avais envie de réunir les artisans qui ont participé au projet.

J’étais également très fière du résultat. Et puis, la veille du lancement, j’avais reçu une critique fort encourageante.

geants_web_052

J’avais également envie d’un endroit chaleureux parce que je savais que plusieurs personnes qui allaient être présentes ne se connaissaient pas entre-elles.

La maison Félix-Leclerc de Vaudreuil-Dorion se prêtait parfaitement à cette ambiance.

geants_web_111

Les photos ne rendent pas la magnifique vue que Félix avait du Lac des Deux-Montagnes. Le soleil illuminait la maison. C’était génial.

geants_web_125Comme j’avais piloté un projet avec des collaborateurs qui ne se connaissaient pas pour la plupart, j’ai eu envie de les présenter les uns aux autres.

De gauche à droite on retrouve:

– Sylvie Dulac (Bouquinbec)

– Philippe Corriveau (Tofubox)

– moi, tenant en main la version géante de Géants (mais toutefois disponible sur le site de Bouquinbec)

– Laurent Lafleur, artiste-peintre qui a relevé le défi d’illustrer mon propos

– Marie-Christine Masserteau (Mille et une pages)

– Simon Dulac (Bouquinbec)

J’ai ressenti, au terme de cette journée, avoir mis en mouvement un truc qui jusque là s’avérait immuable,  qui allait prendre vie, et me faire vivre d’autres aventures.

Je remercie la vie d’avoir mis sur mon passage toutes les personnes qui, d’un encouragement, d’un mot, d’un service permettent à mes rêves de prendre forme.

Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean 2016

 

Le salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean représentait le premier salon du livre de ma nouvelle vie.

J’allais désormais pouvoir me libérer pour vivre des salons, rencontrer des auteurs, img_0216des éditeurs, et tous les intervenants du milieu de l’édition, prendre le temps de bouquiner, et admirer le travail des artisans.

J’ai pu goûter au travail que cela représente de vendre un livre inconnu, d’un auteur inconnu à une personne qui est assaillie par mille auteurs, sur un discours qui doit tenir dans un seul souffle.

J’ai aimé la complicité entre les auteurs, et le troc de livres.

Mon prochain salon : Rimouski dont on en dit le plus grand bien. J’ai très hâte.

 

 

 

Salon Espace Livres au musée MUSO, 30 avril et 1er mai 2016

Au printemps 2016, je participais au salon Espace Livres su musée MUSO de Valleyfield.

« Géants » sort tout juste de presse, et j’ai choisi de le présenter à l’occasion de ce salon.

J’ai participé à des activités de lecture ainsi qu’à une table ronde. L’ambiance était chouette, et le contact avec les auteurs très chaleureux.

 

Géants - comprimé

Musée MUSO

Lancement de “Pour toi Jacques…” – 31 mai 2015

Un premier livre se devait d’être célébré correctement. J’ai d’abord connu mon premier salon du livre (voir autre article), puis, ce fut le lancement qui à mes yeux allait marquer le début d’un nouvel épisode de ma vie.

Je me sentais comme si, jusque-là, je contemplais l’étendue d’eau sans savoir ce qui se trouvait au-delà de la barre d’horizon, mais qu’avec la publication, on m’offrait une barque pour que je parte à la découverte.

Je ne sais pas où mènera l’aventure, chose certaine, c’est que j’ai encore de nombreux projets qui ne demandent qu’à voir le jour.

Un lancement, c’est comme un baptême. C’est porteur de promesses et d’avenir. C’est la naissance d’un projet auquel on doit prêter tout notre souffle, sinon, il risque de ne pas prendre son envol.

 

 

IMG_8954

 

Comme mon éditeur ne s’est pas présenté (!), je me suis permis un petit discours …

 

IMG_9106

 

Devant un auditoire conquis ….

 

IMG_9108

 

Avant de procéder à la séance de signature.

 

IMG_9112

 

Mon tout premier salon du livre : Abitibi-Témiscaminque, mai 2015

Mon premier livre, ma première création. Tout est nouveau pour moi, et malgré mon impatience, tout se passe trop vite. J’apprends en novembre 2014 que mon récit sera publié. Je dois choisir une image pour la couverture, une photographie pour la couverture arrière, revoir le texte corrigé, me familiariser avec toute une nouvelle terminologie et tenter de rester calme.

Puis, en mai, je participe à mon tout premier salon. J’apprends que c’est un salon prisé des auteurs : pas trop gros, fréquenté par une population curieuse et accueillante.

J’appréhendais la tenue du kiosque. Comment aborder les gens, comment attirer leur attention, et tenir un discours succinct mais efficace ? En fait, c’est ce que j’ai aimé de plus. Les gens aiment parler avec les auteurs.

 

image1 (2)

J’apprends énormément de choses : que les auteurs qui n’ont qu’un seul bouquin à leur actif suscitent moins d’intérêt, que la participation aux activités de lecture, interviews et tables rondes moussent la curiosité des participants.

Je vis mon baptême de l’activité « table ronde » avec deux stars de l’écriture. J’apprends que l’agilité de l’intervieweur joue pour beaucoup dans le confort des participants.

 

Table ronde - version comprimée

 

L’organisation du salon nous avait organisé une visite à la mine de Malartic, c’était génial.

 

Louise à la mine comprimé

 

C’est avec grande fierté que j’ai pris possession de ma toute première cocarde d’ « auteure ».  

 

Cocarde - comprimé